L E   F I F A
L E   F I F A
Exposé Noir
Exposé Noir

L’amour est de retour après que Paula Temple, Volvox, Umfang et Mary Yuzovskaya n’aient pas manqué d’en apporter en 2019. Le premier Exposé Noir depuis – – un programme sur deux étages avec dix artistes pour fêter la clôture de notre 40e édition. Ben UFO fait son retour à Montréal après cinq ans – – cinq voyages autour du soleil – – et que dire de plus de ce sélecteur bien-aimé ; ses découvertes suggèrent souvent qu’il existe d’autres mondes, cachés au sein du nôtre. Nous avons hâte d’écouter ce qu’il prépare pour notre Black Room en excellente compagnie de Sandrien et nthng, tous deux des Pays-Bas. Probablement notre découverte préférée à travers la pandémie et un nom qui se doit d’être partagé, Sandrien est une recommandation personnelle de l’une de nos collaboratrices préférées – –Volvox, à qui nous accordons notre entière confiance. Par ailleurs, qui de mieux que nthng et de son style distinct, profond et personnel, pour nous permettre cette évasion dont nous rêvons tant ces jours-ci ; un carrousel dans le temps qui vous emmène au cœur d’un ailleurs ? Le Montréalais Priori ouvre la salle après son dernier EP Your Own Power – – c’est peut-être son œuvre la plus puissante à travers laquelle il semble nous rapprocher des étoiles. Un EP de remixes est également en cours avec des interprétations de Donato Dozzy, Aurora Halal, et plus encore.

À l’étage, le FIFA fête ses 40 ans et prendra le relais de la programmation visuelle avec une projection d’images d’archive restaurées en collaboration avec la plateforme Open Memory Box. Ce projet retrace l’histoire de Berlin pendant la guerre froide, de la fin des années 40 au début des années 90, la division de la capitale allemande entre Est et Ouest. Sur le plan musical, nous accueillons de nouveau notre cher anabasine aux platines XXX, et c’est une première Exposé Noir pour Evita, Zi !, BitterCaress, Dileta et Omar Hamdi. Cette bande de jeunes montréalais.e.s, certain.e.s établi.e.s, d’autres plus nouvelles aux dans la scène, sont toutes et tous spécialistes de leur univers. Attendez-vous à un mélange de sonorités, allant du lourd, sombre et industriel à des couleurs sous-marines insoupçonnées. Le tout avec une harmonie qui nous rappelle la seule vraie loi de l’univers — le monde est bien plus illimité et plus beau que tout ce que nous pouvons imaginer.

DESCRIPTION DE LA PHOTOGRAPHIE
Il s’agit d’un recadrage d’une photo prise par Miron Zownir –célèbre photographe ukrainien/​allemand– qui fait partie de sa monographie Berlin Noir. La collection comprend des paysages urbains et des portraits qui documentent la mélancolie intemporelle des grandes villes ainsi que toutes les facettes de la faune berlinoise. Les premières photos de Miron de Berlin-Ouest, encerclées par la « bande de la mort », la frontière intérieure allemande, documentent le weltschmerz insoumis des punks, le désespoir social des décrocheurs, des toxicomanes, des travailleurs occasionnels et des sans-abri. D’autre part, ses photographies plus récentes dépeignent des exemples du style de vie « tout est permis » des clubs berlinois, le culte du corps célébré lors de la love parade ou des événements sexuels commerciaux, qui semblent eux aussi être nés d’une liberté apparemment illimitée. Quelque chose, cependant, semble être resté le même : Berlin est toujours une destination de rêve pour les excentriques flamboyants du monde entier.