L E   F I F A
L E   F I F A

Palmarès

Copie de FIFA2022 web cred Maryse Boyce 7956
Photo : Maryse Boyce

Palmarès

Dévoilement
du palmarès 
de la 40e édition 
du FIFA

Le Festival International du Film sur l’Art (Le FIFA) est heureux de dévoiler les lauréat·e·s de sa 40e édition qui se tient du 15 au 27 mars 2022. Cette année, 18 longs-métrages et 20 courts-métrages figuraient en compétition officielle. Ils ont concouru pour remporter l’un des six prix décernés par le jury : le Grand Prix, le Prix du jury, le Prix du meilleur essai, le Prix du meilleur portrait, le Prix du meilleur long-métrage canadien, le Prix du meilleur court-métrage.

« C’est avec beaucoup de plaisir que nous vous dévoilons le palmarès de la 40e édition du FIFA. Nous remercions chaleureusement tou·te·s les membres du Jury d’avoir accepté notre invitation à participer aux choix de ce palmarès. », a déclaré Jacinthe Brisebois, Directrice de la programmation des films sur l’art du FIFA.

PRIX DU MEILLEUR COURT-MÉTRAGE

Prix du meilleur court metrage YOLLOTL Coeur de Fernando Colin Roque

YOLLOTL de Fernando Colin Roque

Mexique | 2020 | 17 min 10 s | Espagnol / sous-titres : anglais

« Yollotl (Coeur) parvient à trouver un équilibre nuancé entre différentes formes artistiques tout en créant un langage cinématographique qui lui est propre. Il nous plonge dans une forêt où l’on peut ressentir le souffle et le pouls des arbres qui l’habitent grâce à la sensibilité des enfants en communion avec cette nature majestueuse. Il nous invite à envisager une manière plus sensible de cohabiter et d’interagir avec notre environnement. Ce film fait le lien entre la nature et l’homme à travers une représentation libre du sujet. », a déclaré le jury.

PRIX DU JURY COURT-MÉTRAGE

Prix du jury CM We Are Not Speaking the Same Language de Danika St Laurent

WE ARE NOT SPEAKING THE SAME LANGUAGE de Danika St-Laurent

Canada | 2021 | 8 min 17 s | Anglais / sous-titres : français

« Ce film lumineux raconte avec beaucoup d’authenticité l’histoire de liens brisés. À travers le rythme de la musique et l’art du perlage, la narratrice a tissé finement les lignes d’un récit intime. À travers des objets microscopiques, il capture émotionnellement le discours macroscopique, et à travers cela, il pose des questions simples mais complètes sur l’identité intérieure des individus dans le monde.Pour sa combinaison sensible et humaine de l’intime et du politique portée par une voix unique, nous lui décernons un prix spécial du Jury. »

PRIX DU MEILLEUR ESSAI

Prix du meilleur essai To Unveil a Star de Juul Hondius

TO UNVEILSTAR de Juul Hondius

Pays-Bas | 2020 | 1 h 47 s | anglais, néerlandais et français / sous-titres : anglais 

« S’adressant à une sculpture à la première personne, To Unveil a Star aborde de manière réfléchie et subtile le pouvoir du symbolisme et de la sculpture et le rapport du créateur à son œuvre. Le film nous rappelle aussi la précarité et de la vitalité de nos liens avec les lieux, les objets et l’identité, à travers le temps. Un film qui résonne tout particulièrement avec le contexte ukrainien actuel et les menaces pesant sur la stabilité de l’Europe. », a expliqué le jury.

PRIX DU MEILLEUR PORTRAIT

Prix du meilleur portrait Venice Elsewhere de Elia Romanelli

VENICE ELSEWHERE de Elia Romanelli

Italie | 2020 | 1 h 2 min | roumain, turc, allemand, croate / sous-titres : anglais

« Subtils et résonnants, ces microportraits de gens ordinaires issus de milieux disparates partagent tous le même sentiment d’être dans un endroit parfait : une Venise” de l’esprit. Son appréciation remarquable du quotidien” et de l’individu lambda, vaut à « Venice Elsewhere » le prix du meilleur portrait. Le jury souligne aussi la capacité de l’équipe de production à discerner le pouvoir illimité de l’imagination et de la narration subjective, ainsi que son brillant développement des personnages par le biais de l’image et du son. », a souligné le jury. 

PRIX DU MEILLEUR FILM CANADIEN

Prix du meilleur film canadien Je me souleve de Hugo Latulippe

JE ME SOULÈVE de Hugo Latulippe

Canada | 2021 | 1 h 27 m 34 s | Français / sous-titres : anglais 

« Le jury reconnaît Je me soulève pour sa représentation positive de la passion et de l’espoir exprimés collectivement par de jeunes interprètes et poètes issus de tous les horizons. L’esprit vibrant des sœurs Côté au cœur de ce projet — qui croit au pouvoir des mots, de la poésie et de l’expérience subjective – est contagieux et superbement implacable. Une interprétation puissante d’un voyage de production unique. »


PRIX DU JURY

Prix du jury LM LICHT Stockhausens Legacy de Oeke Hoogendijk

LICHT THE STOCKHAUSEN’S LEGACY de Oeke Hoogendijk

Pays-Bas | 2021 | 2 h 1 min | Anglais, néerlandais et allemand | sous-titres : anglais

« Oeke Hoogendijk poursuit l’objectif ambitieux de mettre en scène Licht, un cycle lyrique jamais joué de Karlheinz Stockhausen, par le biais d’un film qui ne cache pas les contradictions douloureuses de la vie du compositeur légendaire. Licht Stockhausen’s Legacy n’est pas seulement la chronique fascinante d’une aventure musicale extraordinaire, mais aussi la biographie, parfois controversée, d’un homme par-delà le mythe. »

GRAND PRIX

Grand Prix Sergio Larrain the Eternal Moment de Sebastian Moreno

SERGIO LARRAIN, THE ETERNAL MOMENT de Sebastián Moreno

Chili | 2019 | 1 h 24 min | Espagnol, français, anglais et italien / sous-titres : anglais

« À l’image de l’artiste qu’était Sergio Larrain, un film qui s’intéresse à qui se passe à la frontière du cadre de l’image photographique, et qui laisse donc toute la place à ce qui en dépasse. À la vie. Ou plutôt au regard que posait cet homme sur un quotidien inaperçu. Tout aussi discret qu’il semblait être, on devine pourtant grâce à ce portrait fin, une quête fougueuse. Au bout de sa course, cet idéal rétrécit jusqu’à ce que l’instant se passe même de ce qui servait à le capturer. Une célébration poétique et délicate qui laisse toute la place à l’œuvre de Sergio Larrain ainsi qu’à l’homme derrière la lentille. Ce beau film nous donne à connaître et à aimer un des plus grands chasseurs d’instants. »

Trophées de la 40e édition

Ayant à coeur de promouvoir la création artistique québécoise, Le Festival International du Film sur l’Art souhaite valoriser le talent d’artistes locaux. Pour la conception des trophées de la 40e édition, le choix s’est porté sur Zela Lobb, illustratrice dont le travail s’est déjà vu dans quelques-unes des plus importantes publications aujourd’hui, notamment le Financial Times London Magazine, The New York Times et Rolling Stone. En collaborant avec Zela Lobb, Le FIFA souhaite rendre hommage à la richesse des métiers d’art du Québec.

« Les trophées représentent à la fois l’œil du réalisateur et les spectateurs, démontrant aussi leur symbiose et variété. »