L E   F I F A
L E   F I F A
Charlie Chaplin, le génie de la liberté

Première canadienne

Charlie Chaplin, le génie de la liberté

Yves Jeuland

France | 2020 | 2 h 25 min
Français |
Sous-titres : Français
Visionner la bande-annonce
Génie du burlesque, Chaplin a mis tout son talent au service d’un idéal de justice et de liberté. Son meilleur scénario fut celui de sa propre vie, un destin qui s’inscrit dans l’histoire politique et artistique du 20e siècle. À la fois acteur et auteur, réalisateur et producteur, compositeur et chorégraphe, Chaplin est l’un des artistes les plus complets de son époque. Porté par la voix somptueuse de Mathieu Amalric, Charlie Chaplin, le génie de la liberté est le premier documentaire entièrement constitué d’archives et consacré à Charlot. Nourri de scènes d’anthologie issues de ses chefs‑d’œuvre les plus populaires et de séquences des plus surprenantes, réjouissantes, voire méconnues, ce documentaire sélectionné au Festival de Cannes 2020, fait le portrait d’un artiste subversif, humaniste et immortel, et conjugue plaisir de la découverte et des retrouvailles.
Festival de Cannes, France (2020)
Festival Lumières de Lyon, France (2020)
Coauteur Yves Jeuland
Réalisation Yves Jeuland
Auteur François Aymé
Montage Sylvie Bourget
Voix Mathieu Amalric

En partenariat avec

Précédent
Suivant

Réalisation

Yves Jeuland

Yves Jeuland

Yves Jeuland est auteur et réalisateur de près d’une trentaine de films documentaires réalisés pour la télévision et le cinéma, alternant films d’archives et cinéma direct.
Plusieurs de ses films portent sur l’engagement politique ou la pratique du pouvoir. Il retrace notamment l’histoire des communistes français dans Camarades en 2004, puis celle des socialistes dans Le Siècle des socialistes en 2005. Auparavant, il avait suivi, entre 1999 et 2001, Bertrand Delanoë, Jean Tiberi, Philippe Séguin et les autres protagonistes de l’élection municipale parisienne pour le film Paris à tout prix (film qui obtient le Sept d’or de la meilleure série documentaire). Il retrouve Bertrand Delanoë douze ans plus tard, en 2013, pour Delanoë libéré où le Maire de Paris évoque — sur des images de sa vie publique et personnelle — son passé, ses réussites et ses échecs. En 2007, il brosse un portrait cathodique de Georges Marchais dans Parts de Marchais. L’année suivante, il réalise une chronique sur les élections municipales de Fleury dans l’Aude (Un village en campagne). En 2010 sort au cinéma Le Président où il filme au plus près Georges Frêche au cours de son ultime campagne politique. Puis en 2015, est diffusé Un temps de président, documentaire sur le quotidien de François Hollande à l’Élysée.
Son travail sur l’écriture documentaire à base d’images d’archives a été récompensé plusieurs fois : en 2004, il reçoit un FIPA d’argent pour son film Camarades. En 2007, son documentaire en deux parties, Comme un juif en France, qui retrace l’histoire des Juifs en France (de l’affaire Dreyfus à nos jours), obtient le Lia Award du Festival international du film de Jérusalem. Ces deux films décrochent le Focal international Award du film d’archives à Londres en 2005 et en 2008. En 2012, Il est minuit, Paris s’éveille sur les artistes des cabarets de la rive gauche et les nuits parisiennes d’après-guerre, avec les témoignages de Jean Rochefort, Juliette Gréco, Charles Aznavour, Anne Sylvestre, etc. — reçoit le prix du meilleur documentaire de télévision 2013 décerné par le Syndicat français de la critique de cinéma et des films de télévision. Prix obtenu à nouveau en 2017 pour Un Français nommé Gabin, écrit avec François Aymé, un long portrait composé exclusivement d’archives et d’extraits de films sur la carrière et la vie de Jean Alexis Moncorgé dit Gabin. Le film a été également sélectionné au Festival du film français de Richmond (USA).
D’autres thèmes sont abordés par le réalisateur. C’est ainsi qu’en 2002, dans Bleu, blanc, rose, il raconte trente ans d’histoire des homosexuels en France, puis dans Maris à tout prix en 2004, il évoque le mariage homosexuel, célébré à Bègles par Noël Mamère. En 2014 sort au cinéma Les Gens du Monde, documentaire tourné dans le service politique du journal durant la campagne présidentielle de 2012 (sélection officielle au Festival de Cannes 2014). Les grandes figures du cinéma sont aussi abordées dans ses réalisations : avant son film consacré à Jean Gabin, il avait déjà réalisé L’extravagant Monsieur Piccoli, un portrait documentaire de l’acteur Michel Piccoli.
En 2018, est diffusé La Vie balagan de Marceline Loridan-Ivens où le réalisateur dialogue avec Marceline Loridan-Ivens et où elle évoque son parcours, ses engagements et ses contradictions.

Notes biographiques fournies par l’équipe du film
Quelques films :
La Vie balagan de Marceline Loridan-Ivens (2018)
Les Gens du Monde (2014)
Un temps de président (2015)
L’extravagant Monsieur Piccoli (2017)
Un Français nommé Gabin (2017)

Vous aimerez aussi